L’Aveu

Info Audio Prev|Next
6x6

« Je dirigeais un groupe de six personnes. Installés à une barrière au croisement de deux routes très fréquentées, nous avions pour ordre de contrôler les cartes d’identité et d’arrêter les Tutsi qui fuyaient des collines. On regardait aussi les visages. Un Tutsi se reconnaît surtout à son nez, qui est plus long et plus fin que celui d’un Hutu. Quand on en attrapait un, on le tuait sur le champ.  »

Ntare Alexis, ancien milicien Interahamwe, arrêté le 12 septembre 1994 pour crime de génocide, en liberté provisoire depuis le 5 mai 2003.

L'Aveu-1
Ntare Alexis
6x6

« Je vivais avec Balthazar, un Tutsi. Après une première attaque sur la montagne où nous étions cachés, Balthazar m’a demandé de partir pour sauver nos trois enfants. Après deux jours de marche, nous avons réussi à atteindre la maison de ma famille. Le lendemain, ils m’ont dit qu’ils ne voulaient pas d’enfants tutsi chez eux et ils nous ont chassés. Nous sommes restés cachés près de la maison pendant trois jours. Il y avait la pluie, il y avait la faim. Alors, j’ai décidé de me suicider avec mes enfants. Je les ai jetés dans la rivière. Au moment où j’allais me suicider, mon frère cadet m’a retenu. Il m’a dit : “Pourquoi te suicider, tu as réglé ton problème avec les Tutsi.” »

Ayinkamiye Colette, cultivatrice, arrêtée le 9 mai 2000 pour crime de génocide, emprisonnée à la prison centrale de Gisovu, en attente de jugement.

L'Aveu-2
Ayinkamiye Colette
6x6

« Les gens étaient devenus comme des animaux. Depuis le début des massacres, tout le monde ne pensait plus qu’à tuer. »

Dwamengeri Idelphonse, cultivateur, arrêté le 12 décembre 1996 pour crime de génocide, en liberté provisoire depuis le 5 mai 2003.

L'Aveu-3
Dwamengeri Idelphonse
6x6

« On est tombé sur deux Tutsi qui se cachaient. C’est moi et la deuxième femme de mon mari qui les avons dénoncés. Plus de vingt personnes sont arrivées. Ils ont attrapé les Tutsi et ils les ont amenés à la rivière. Ils les ont tués à coup de houe. Ils étaient très contents. Tous les gens des collines étaient venus à la rivière pour voir comment on allait les tuer. »

Mujawamaliya Sylvanie, cultivatrice, arrêtée le 22 mars 2000 pour crime de génocide, emprisonnée à la prison centrale de Gitarama, en attente de jugement.

L'Aveu-4
Mujawamaliya Sylvanie
6x6

« Ma sœur Anastasie a amené ses trois petits-enfants tutsi chez moi. Ils sont restés une semaine, cachés sous mon lit. Un dimanche, il pleuvait et le responsable de secteur est venu s’abriter chez moi. Il a surpris Anastasie qui apportait des provisions. Il a demandé à qui elles étaient destinées. Il a ensuite essayé de forcer la porte de ma chambre, et je lui ai tout dit. Le mardi suivant, les miliciens Interahamwe sont venus, ils nous ont tous fait sortir dans la cour. Ils ont tué les enfants à coup de massue. C’est moi qui les ai enterrés derrière l’enclos. Anastasie m’accuse d’avoir tué ses petits-enfants. De là où elle était, elle pouvait pourtant voir la scène. »

Nyiramparaye Nayemé, cultivatrice, arrêtée le 3 avril 1995 pour crime de génocide, emprisonnée à la prison centrale de Gisovu, en attente de jugement.

L'Aveu-5
Nyiramparaye Nayemé
6x6

« J’avoue avoir tué Béatrice Uzabiriza le 17 avril 1994, vers 17 heures. Elle a essayé de s’échapper en se jetant dans la rivière Nyabarongo. Je l’ai rattrapée et je l’ai ramené sur la rive où je l’ai décapitée à coup de machette  »

Harindintwari François-Xavier, cultivateur, arrêté le 17 juillet 1995 pour crime de génocide, en liberté provisoire depuis le 5 mai 2003.

L'Aveu-6
Harindintwari François-Xavier
6x6

« Je n’ai pas eu le temps de penser à désobéir. Je n’ai pas eu le temps de rentrer en moi-même pour penser qu’il ne fallait pas participer à ce crime. »

Nitwa Tuyisenqe Faustin, maçon, arrêté le 2 décembre 1996 pour crime de génocide, en liberté provisoire depuis le 5 mai 2003.

L'Aveu-7
Nitwa Tuyisenqe Faustin
6x6

« À ce moment-là, on ne connaissait plus Dieu. On travaillait même le dimanche. »

Nzarora Manasse, cultivateur, arrêté le 17 juillet 1995 pour crime de génocide, en liberté provisoire depuis le 5 mai 2003.

L'Aveu-8
Nzarora Manasse
6x6

« Nous avons été conduits par de mauvaises autorités. Mais on ne pouvait pas leur désobéir. Si tu désobéissais, les autorités venaient chez toi prendre tes biens. »

Ruhamiriza Jean-Baptiste, cultivateur, arrêté le 4 septembre 1996, pour crime de génocide, en liberté provisoire depuis le 5 mai 2003.

L'Aveu-9
Ruhamiriza Jean-Baptiste
6x6

« Quand je suis rentré dans la maison, un des enfants est venu m’embrasser et il m’a dit : “Au lieu d’être tué par les autres, tue-moi toi parce que je te connais.” J’ai pris l’enfant dans mes bras et je suis sorti dans la cour. Un autre collègue qui avait une machette l’a pris et l’a tué. »

Ruzirabwoba Alfred, cultivateur, arrêté le 8 septembre 1994 pour crime de génocide, emprisonné à la prison centrale de Gitarama, en attente de jugement.

L'Aveu-10
Ruzirabwoba Alfred
6x6

« Les deux enfants s’étaient cachés dans une bananeraie à côté de chez moi. Lorsque Claver les a découverts, il a dit, très content de lui : “Venez voir, j’ai attrapé deux petits cafards”. Je les ai tués avec un gourdin. Le premier, je lui ai mis trois coups, le deuxième était plus petit, deux coups ont suffi. Dans le temps, c’était devenu vraiment populaire de tuer les Tutsi. Donc de tuer ces enfants, ça ne m’a rien fait. »

Ndangamira François, maçon, arrêté le 10 février 1996 pour crime de génocide, en liberté provisoire depuis le 5 mai 2003.

L'Aveu-11
Ndangamira François